À propos de mes carnets

À propos de mes carnets

  Que le choses soient claires : je ne suis pas si organisée.  Photo par Guy Bourdin, 1977

Que le choses soient claires : je ne suis pas si organisée. Photo par Guy Bourdin, 1977

J’adore les carnets. Tout le monde adore les carnets je le sais, mais au cours des dernières années, j’ai réussi à développer une réelle addiction pour eux. C’est une des seules choses que je suis capable d’acheter de manière compulsive, et c’est l’objet que j’aime le plus offrir.

Ils me servent à m’organiser dans le temps, dans ma petite tête. Ils me servent à me rappeler, de ce que j’ai pu penser, des réactions que j’ai pu avoir, aussi bien émotionnelles que physiques. Évidemment j’y établis souvent des listes, mais il m’arrive aussi d’y dessiner. Ils me servent à tout, tout le temps. J’en ai au moins un sur moi au quotidien, et lorsque je pars en week-end c’est minimum deux ou trois que j'emmène avec moi. Je disais une addiction, on pourrait même dire dépendance si on poussait un peu. C’est la solution la plus efficace que j’ai trouvé pour optimiser ma mémoire et ma productivité tout en comblant se désir d’écrire les choses pour qu’elles survivent.

Si j’utilise autant de carnets en même temps c’est bien parce que chacun a sa propre fonction. J’ai quelque peu innové en la matière afin de répondre à plusieurs de mes besoins à travers ses carnets - et aussi pour trouver des fonctions à tous ceux que j’avais acheté sans raison. En voici la liste :

Mon journal (intime)

Bien entendu, j’ai ce petit carnet dans lequel j’écris tout ce qui me passe par la tête. Je ne l’utilise pas forcément quotidiennement, mais j’aimerais. C’est une façon pour moi d’immortaliser des moments, des époques et des pensées. J’ai tendances à me dire qu’une image ne vaut pas mille mots. Ils sont si précis, si subtils et intéressants, je ne pourrais pas m’en passer. Le contenu de ce journal n’est pas forcément top secret, toutefois je ne le fais lire à personne. C’est un carnet dans lequel je m’efforce d’être la plus franche possible, la plus honnête avec moi-même. Il permet un travail sur soi intéressant car c’est souvent en écrivant que je réalise ce qui a pu m’arriver, il permet une sorte d’analyse des événements par un dialogue avec soi-même. C’est surtout le carnet que je préfère relire. J’adore me rendre compte à quel point j’avais raison ou tort, et me rappeler de certains moments, voir comment je m’en suis sortie. Bizarrement, il m’arrive d’écrire deux fois la même chose, comme si une fois sur le papier, certaines pensées se permettraient de disparaître momentanément de ma mémoire.

.

Mon (kind of) bullet journal

Ça n’est pas totalement un bullet journal. Je n’oserais jamais dire ça maintenant que j’ai vu ce qu’étaient capables de faire certaines youtubeuses. Le mien est très soft, absolument pas créatif. Je l’utilise pour faire certaines listes mais surtout pour écrire ce que je dois faire chaque jour. Chaque double page représente donc une semaine où je note par jour ce que je dois faire. Le côté « bullet journal » se retrouve aussi dans le carnet suivant, mais ça n’en est jamais un à part entière. Celui-ci est comme un agenda mais sur le court terme. Il me permet d’organiser ma semaine et de la visualiser dans son intégralité. C’est le carnet que j’emporte absolument partout avec moi, même si je l’abandonne toujours un peu lorsque je suis en vacances. C’est pour ça que je l’ai choisi petit ; je peux le faire rentrer dans mes mini sacs sans aucun problème. J’utilise des to-do listes depuis longtemps mais c’est grâce à la vidéo de Solange Te Parle qui présentait justement le sien que j’ai eu envie d'en « créer » un à mon tour. J’utilise certains de ses codes comme la croix (x) pour dire que quelque chose a été fait, une flèche (>) pour signaler qu’une action a été reporté au jour suivant et un petit cercle (o) lorsque je dois faire une action à un horaire précis - comme par exemple prendre un train.

.

Mon carnet de santé

C’est le meilleur nom que j’ai pu lui trouver. J’y écris tout ce que je constate par rapport à mon corps, à ma santé générale, au sport que je pratique (des airs de bullet journal encore), mes réactions et comportements face à certains aliments, aux crèmes/produits/cures que j’utilise et ce que j’en pense. Je n’écris pas forcément les dates même si je pense bientôt notifier le mois en haut des pages. Je me concentre surtout sur des thèmes récurrents comme « skin », « workout », « food », « period ». Ce carnet n’est peut-être pas le plus utile sur le court terme mais j’aime l’idée d’écrire ces choses dans l’espoir d’éviter de refaire les mêmes erreurs dans le futur, ou pour savoir quels réflexes adopter. C’est justement pour cela qu’en plus d’écrire mes « problèmes », j’écris surtout les solutions que j’ai pu tester et celles qui ont fonctionné et que j'approuve.

.

Mon carnet de brainstorming

Ce carnet est un de mes outils pour ce blog et pour travailler en général. Il ne fait ni plus ni moins ce que son nom indique : je « brainstorme » en y déversant le maximum d’idées à l’aide de mots, de dessins, de flèches, listes… Chaque page correspond à un projet mais je n’ai pas de règle particulière pour l’utiliser.

.

Mon carnet de cadeaux

C’est mon dernier carnet et ma dernière invention en date. Cet hiver on m’a offert un très joli carnet d’adresses/répertoire. Seulement, avec nos cartes SIM et nos téléphones, ce type de carnet a perdu de son utilité au cours de la dernière décennie. J’étais déterminée à lui trouver une nouvelle fonctionnalité et c’est venu d’un coup : j’adore faire les bons cadeaux. Vous savez, ceux qui tombent pile dans le mille. Ceux que les gens voulaient secrètement et qui font énormément plaisir. Souvent, je vois des objets et ils me font penser à une personne. Je me dis alors qu’il faut que je le note, comme ça quand viendra l’anniversaire ou autre de cette personne je pourrai lui offrir en étant sûre de mon coup. Et bien évidemment; je ne le faisais pas et j’oubliais. Maintenant je note ça dans mon carnet de cadeaux. Je note le prénom de la personne et à la place de renseigner ses coordonnées, j’y inscris ses potentiels cadeaux. Je ne connais pas encore l’efficacité de cette astuce, mais elle a le mérite d’être satisfaisante. Et c’est assez drôle car ce carnet qui au final est le moins personnel de tous, est celui auquel il est interdit de toucher.

Si c'est pour la bonne cause...

Si c'est pour la bonne cause...

À propos de mon nouvel amour, le manteau (long)

À propos de mon nouvel amour, le manteau (long)