Si c'est pour la bonne cause...

Si c'est pour la bonne cause...

 © Bethany Vargas

© Bethany Vargas

Je suis un cœur d'artichaut, mais un cœur d’artichaut particulier. Je ne tombe pas amoureuse toutes les deux semaines. Non, moi, je m'éprends de toutes les causes qui me tombent sous le nez et qui me touchent. Lorsque, d’une manière ou d’une autre, je me retrouve sensibilisée à un problème, j’ai le besoin d’en informer les autres, et si possible, d’agir. Loin d’être une activiste féroce, je me passionne vite pour un sujet et j’essaie tout de même d’être engagée. J’ai appris à mes dépens que je ne savais pas changer radicalement du jour au lendemain. Alors je relativise, j’échange - pour parfois me rendre compte que certaines causes ne me touchent pas aussi fondamentalement que je l’imaginais – et finalement j’apprends et je m’adapte.

Pour être moins abstraite et donner des exemples concrets, voilà les vidéos, blogs, articles, podcasts et films qui m’ont éveillé et ont fait plus ou moins changer mes habitudes.

Le podcast de Lauren Bastide produit par Nouvelles Écoutes, La Poudre. Ce podcast parle de femmes, de leurs histoires de femmes, de leurs projets de femmes, de leur corps de femmes, et même de leur utérus si je dois être précise. Et dans ce podcast ressortent inévitablement les inégalités, les obstacles qu’affrontent ces femmes. Chaque épisode est intense, touchant. Ils ont chacun la particularité qui me fait tant aimer ce format audio - ils sont si intimes, si absous de tabous, que j’ai l’impression d’entendre une conversation avec une bonne amie, un véritable régale. C’est au féminisme que j’ai été initié en écoutant celui-ci. Et depuis je vois mieux l’importance d’aimer les autres femmes, l’importance de l’entraide. Il serait trop long de lister tout ce que j’ai découvert grâce à ces longues interviews que Lauren Bastide dirige avec douceur. Ce que j’ai changé c’est parfois ma façon de parler à travers les mots et formulations que j’utilise. Pour à la fois en choisir des meilleurs et cesser d’avoir peur de certains d’entre eux.

A chaque nouvel épisode je suis conquise, et je recommande chacun d’entre eux. Ceux qui m’ont le plus touchée sont ceux d’Amandine Gay – si juste, si inspirante - et de Garance Doré – que je lis depuis des années mais qui m’a donné l’impression d’être encore plus franche qu’à travers ses écrits. Ce podcast a beau être exclusivement féminin, il intéressera aussi ceux ou celles qui ne le sont pas. Mention spéciale au générique !

L’association Règles Élémentaires. J’ai découvert cette association par mes propres recherches. Je venais de voir I, Daniel Blake de Ken Loach au cinéma et j’avais évidemment pleuré cinq fois dans l’obscurité de la salle. Lorsque je suis rentrée chez moi je me suis rendue compte que j’avais laissé le chauffage fonctionner à fond par inadvertance pendant mon absence. La chaleur de la pièce m’a alors parue un écho évident au film. Notre confort est une chance, et moi je suis si chanceuse qu’en plein hiver j’arrive à trop chauffer ma chambre.

Sur le chemin du retour je me remémorais le moment tragique où Katie n’a même pas de protections hygiéniques. Quelques recherches plus tard et je tombais sur Règles Élémentaires - une très belle initiative qui permet d’organiser des collectes de protections hygiéniques ou d’aller en faire don.

Retrouvez les points de collecte en cliquant ici.

La chaîne Youtube Et Pourquoi Pas Coline. Coline est une youtubeuse française déjà très reconnue, mais je dois avouer l’avoir découvert sur le tard. En plus d'avoir immédiatement adhéré à sa personnalité, j’ai beaucoup appris de ses vidéos, notamment  « Bienvenue en véganie ». Elle y traite des questions qu’on poserait bien aux vegans et nous sensibilise sur la cause animale. Elle clarifie donc pourquoi les vegans ne portent pas de laine, pourquoi ils ne boivent pas de lait, ne mangent pas d’œufs, etc... Mes habitudes alimentaires sont quasiment végétaliennes, mais elles ne l’étaient pas forcément d’un point de vue éthique - ses vidéos leur ont donné du sens. Je ne suis pas pour autant devenue radicalement vegan, mais elles ont eu pour effet de me faire réfléchir à deux fois à ma manière de consommer : les chaussures en cuir et le manteau partiellement composé de laine qui coûtent quelques dizaines d’euros par exemple …

Pour aller plus loin sur le sujet, j’écoute de temps à autre le podcast Les Carencés, créé par plusieurs youtubeurs vegans eux aussi. Il faut, je pense, être déjà ouvert et sensible à la cause animale pour les apprécier, mais c’est une piqûre de rappel que je ne raterais sous aucun prétexte. Ne soyez pas effrayés par leur long format (jusqu’à trois heures) ; ils sont si riches d’informations qu’il est bon et pertinent de les écouter en plusieurs fois.

Le blog de la Famille Zéro Déchet. Je me suis prise de passion pour ce blog. Découvert grâce à la (très bonne) newsletter de "Oui !" - le magazine de La Ruche Qui Dit Oui, je l’ai lu dans son intégralité en deux jours. Si franc, si drôle et intéressant, c’est comme un bon livre que l'on aime dévorer. On nous parle donc "écologie" ...mais pas trop. Le discours est centré sur la poubelle, et sur comment réussir à la faire maigrir, voire disparaître. J’avais déjà commencé à utiliser des sacs à vrac pour faire mes courses et autres astuces zéro déchet, mais l’histoire de cette famille m’a motivée à ne pas lâcher prise et surtout, à indiquer des gestes simples à mon entourage. En attendant, je pense déjà à mon futur composteur d’appartement.

À propos de Cécile Doherty-Bigarra

À propos de Cécile Doherty-Bigarra

À propos de mes carnets

À propos de mes carnets